17/04/2018

PUI #28 - Pratiques et Usages de l'Image - Du bruit dans le paysage

Du bruit dans le paysage, c'est la perturbation des lieux par des projets contestés, mégalomanes ou simplement des constructions humaines qui viennent arrêter, heurter le regard. Du bruit dans le paysage, c'est aussi celui d'un rêve, d'un projet personnel qui installe sa petite musique ou qui reconstruit notre regard, jusqu'à en créer une symphonie et qui constitue le fil conducteur des trois rencontres à venir, pour lesquelles nous aurons plaisir à recevoir :

Bruno Élisabeth
mardi 24 avril, à 19h.
Ecole d'Architecture de Nantes
6 Quai François Mitterrand
44200 Nantes
France

Ces trois rencontres auront lieu à l'École d'Architecture de Nantes, à la librairie La vie devant soi et à MilleFeuilles.

Le travail photographique de Bruno Élisabeth remplit cette fonction sociale d’être le témoin des évolutions discrètes de notre société pour nous inciter à repenser les liens avec notre histoire, non pas seulement dans les grands récits qui volent au-dessus de nos têtes, mais dans la présence quotidienne de ce passé, dans ses empreintes qui nous entourent et qui ne sont pas de simples objets déposés dans le paysage.

L'écriture littéraire d'Anthony Poiraudeau accorde une large place à l'expérience des lieux, souvent lointains. Le paysage est un motif central dans son projet artistique, c'est un objet où dialoguent images mentales et images matérielles. Pour A. Poiraudeau, l'écriture se réalise par un déplacement, se rendre sur place pour nourrir le projet en le mesurant aux formes de mémoires qui habitent les lieux, des plus lisibles au plus ténues, celles qui résistent, celles qui perturbent...

Combinant paysages, architectures et signes l’Atlas des régions naturelles constitue un vaste système de représentation de notre territoire. Au travers de dizaines de typologies, Eric Tabuchi classe et ordonne obsessionnellement tous les objets qui composent notre environnement afin d’en dresser la cartographie. C’est notamment de cette entreprise d’archivage, qui à terme contiendra vingt cinq mille photographies et dont la réalisation est prévue pour durer six années pleines, dont viendra nous parler l’artiste.



Les PUI – Pratiques et Usages de l’Image – sont un temps de rencontres publiques, prenant pour objet le croisement du photographique et de l'axe thématique ville-territoire-environnement. Il s'agit d'aborder le registre de l'image de nos villes, de nos territoires, de nos environnements, en invitant des praticiens et usagers de l'image, à faire état de leurs méthodes, de leurs approches, de leurs savoir-faire. Ils pourront être photographes, archivistes, éditeurs, artistes, amateurs, universitaires, iconographes, collectionneur, mais aussi écrivains, vidéastes, etc. Aux PUI, l'image est le point de convergence des rencontres, et la photographie explorée comme fait culturel ; partie prenante de la condition visuelle de nos environnements construits, elle est perçue, reçue et conçue dans le creuset de nos lieux de vie. Convaincus qu'il y a matière à en parler, là, en prise avec les lieux proches, les initiateurs des PUI souhaitent se donner les moyens de rencontres et de débats favorisant l'émergence de points de vue construits sur l'économie visuelle qui a cours dans la métropole nantaise et sa région.

Les PUI sont une initiative de Guillaume Ertaud, Camille Hervouet, Yannick Le Marec, Xavier Nerrière, Philippe Piron, François Taverne et Grégory Valton.