27/11/2009

Portes ouvertes au Vivarium



Dans le cadre des Ateliers portes ouvertes de Rennes

Martin BINEAU, Bruno ELISABETH, Jean-Benoit LALLEMANT, Nicolas LELIEVRE, Richard LOUVET, Damien MARCHAL, Leslie CHAUDET

Sont heureux de vous inviter à découvrir leurs pratiques (peinture, installation, son, photographie, vidéo) lors des portes ouvertes de leur atelier.




L’atelier Vivarium a été créé à Rennes en octobre 2006 par quatre jeunes artistes, Martin Bineau, Jean-Benoît Lallemant, Richard Louvet et Damien Marchal, rejoints par Bruno Elisabeth en 2007 puis par Aurélie Le Sage et Nicolas Lelièvre en 2008 et dernièrement par Leslie Chaudet. Le Vivarium est un atelier atypique et indépendant, situé en plein cœur de la zone industrielle de la route de Lorient. Chacun des membres de cette association de plasticiens dispose d’un grand espace de travail, occasionnellement ouvert au public.

"Profitez durant trois jours, les 27, 28 et 29 novembre 2009 de l'invitation faite à tous les rennais de côtoyer les œuvres et les créateurs sur leur lieu de travail.

Les ateliers d'artistes sont ouverts !

Il s'agit d'un moment privilégié pour découvrir la vie artistique de votre quartier et de la cité, pour rencontrer et débattre avec les artistes.

Et ainsi, oser s'aventurer sur des chemins encore inexplorés !

Que ces journées vous ouvrent d'heureuses rencontres."

René Jouquand - Adjoint délégué à la culture


Ou nous trouver :
Atelier Vivarium
ZI Route de Lorient
29 rue du Manoir de Servigné
35000 Rennes

à 100m du Jardin Moderne
arrière cour du concessionnaire Kawasaki
Bus ligne 11, arrêt Manoir de Servigné

25/11/2009

Kyrielle - Carte blanche au BIP à la Bodega Melon Rouge

Festival de Photographie de Phnom Penh
Melon Rouge / La Bodega
25 nov. - 6 déc. 2009 
Phnom Penh, Cambodge - KH



Antoine Chaudet, Bruno Elisabeth, Richard Louvet, Damien Mousseau, Emilie Traverse, Mathieu Tremblin, Philémon


Le 03 décembre, sur invitation de l’Agence Melon Rouge, une carte blanche pour une soirée de projection du BIP à la Bodega accompagné par l'édition d’une série de bulletins Kyrielles.

« Kyrielle » est un ensemble de sept séries de sept photographies réalisées par les sept membres du BIP. Selon un ordre aléatoire, chacun fait le choix d’une image à laquelle le suivant répond par association d’idées et en fonction de sa propre subjectivité.



The 3rd December, invited by Melon Rouge agency, a free hand for an evening of slide show by BIP at Bodega with extra edition of the bulletin “Kyrielle”.

“Kyrielle” is a group of seven sets of seven photos captured by the seven members of the BIP. In a random order, each one chooses an image, to which the following member answers by association of ideas and according to his own subjectivity.


Bruno ELISABETH, Le choix de ceux qui ont tout compris, 2009

Bruno ELISABETH, Les grandes marées d'été, 2009



En savoir plus sur la Bodega de l’agence Melon Rouge
Consulter les bulletins du BIP

14/11/2009

Les horizons illusoires des illusions immersives - Pratiques 20


Pratiques - Réflexions sur l'art
n° 20 - Automne 2009
Les images mouvantes
Entre la salle de cinéma et l'espace d'exposition : une tentative d'état des lieux


Pratiques propose un recueil de documents destiné à mettre en évidence les enjeux des pratiques contemporaines qu'elles soient du domaine de la théorie, des formes plastiques ou de la médiation de l'art. Cette articulation est aujourd'hui essentielle dans la mesure où l'approche théorique, les intentions et créations des artistes, les conditions de perception et réception des œuvres sont indissociables.
Dans la partie Médiation de ce numéro :

Bruno ELISABETH

"Les horizons illusoires des illusions immersives"
« Le cinéma subit depuis sa naissance une évolution constante. Elle s’achèvera lorsqu’il sera en état de nous présenter des personnages en ronde bosse, colorés, et peut-être odorants ; lorsque ces personnages se libéreront de l’écran et de l’obscurité des salles pour aller se promener sur les places publiques et dans les appartements de chacun. La science continuera de lui apporter des petits perfectionnements. Mais il aura atteint, en gros, son état parfait. Cinéma total. »

René BARJAVEL , Cinéma total – essai sur les formes futures du cinéma, Paris, Denoël, 1944.

« … l’essai de Bruno Elisabeth propose une judicieuse mise en perspective historique et actuelle des dispositifs d’immersion et d’absorption dans les expositions et les œuvres d’artistes exploitant les images mouvantes. On saisit alors mieux comment les pratiques de création et d’exposition peuvent user et retourner l’immersion dans ses rapports à la salle noire, aux effets de réflexion parcellaire et fragmentée, à la reconstitution mentale, à l’absence d’écran de projection, au mouvement fantasmé dans l’immobilité. »
Larys FROGIER - extrait de l’éditorial




Bruno ELISABETH
"The Illusory Horizons of Immersing Illusions"

Bruno Elisabeth analyzes the variations of immersing devices used in the construction of images: "Immersion seeks to lead to the abandonment of screens and of the materiality of surfaces of inscription, which while they receive the image, they prevent it from fully happening, as it screens it. Its aim is to permit the viewer to be fully absorbed by the image, to experience it in all of its dimensions, if not to surpass it."

This essay also takes on immersion in relation to the stage of antique theater as well as the prehistory and advent of cinema with dioramas, special effects, and other panoramic techniques. In order to better understand the notion of immersion, one must look at how artists have created original methods for abolishing spatial limits, and for making the image reverberate, repeat, and multiply. Elisabeth takes specific works of contemporary art to investigate the procedures for producing darkness (Dominique Gonzalez-Foerster, Yayoi Kusama), for multiplying images and dividing the projection screen (Yann Beauvais, Abel Gance, Laszlo Moholy-Nagy, Michael Snow), for captivating and amplifying emotions (Guillaume Segur, Christian Marclay), and for generating a mental projection space for images (Jeffrey Shaw).

Clearly the relationship of immersion to the screen and dark movie theater is an essential element for understanding the mechanisms at work. Some artists seek to go beyond the movie screen (Anthony Mc Call), or even to make its materiality disappear as in the masterful work Invisible film by Melik Ohanian.

PRATIQUES
Réflexions sur l’art
Ecole régionale des beaux-arts de Rennes

30 rue Hoche
35000 Rennes (France)

Publié en collaboration avec les : 
Presses universitaires de RennesCampus de la Harpe
2 rue du Doyen Denis-Leroy
35044 Rennes-Cedex
http://www.pur-editions.fr/

Prix : 14 €

01/10/2009

Pearl Stylus pro color



2009
Super 8
3 mn 49 s

Vidéo documentaire musicale retraçant les répétitions de la performance pour imprimantes et batterie de Damien Marchal & Nicolas_M, en vue de la représentation donnée dans le cadre du festival electroni[k].

Plus d'informations / More informations :
- Damien Marchal


19/09/2009

Sans lieu, ni date - BIP / Vide grenier - Bon Accueil


A l’occasion de la Braderie Saint-Martin, le BIP édite une série de bulletins autour de l’univers du « vide-grenier » en partenariat avec le Bon Accueil. Le samedi 19 et le dimanche 20 septembre, ce sont près de 600 exemplaires de 5 bulletins différents qui sont diffusés gratuitement.


Sans lieu, ni date (2009)

Série de 5 bulletins, photocopie N&B, format A4, 4 pages. 
Les cinq bulletins de la série « Sans lieu, ni date » rassemblent des images chinées lors de la braderie Saint-Martin 2006. Elles sont issues de boîtes renfermant des plaques photographiques en verre au gélatino-bromure d’argent. Sous cette appellation technique barbare se cache la possibilité pour tout un chacun d’accéder à la photographie. Mises au point vers 1870 par Richard Leach Maddox ces plaques permettent d’une part à des amateurs de s’adonner à la photographie, puisque les équipements lourds et encombrants jusqu’alors indispensables pour sensibiliser les épreuves ne sont plus nécessaires, les plaques étant sensibilisées en usine. Elles permettent d’autre part de saisir enfin l’instant photographique, la sensibilité de ce nouveau support étant approximativement quarante fois plus grande que celle des supports utilisés jusque là. Ces plaques marquent donc l’introduction de la photographie dans la culture populaire et la possibilité de capturer le quotidien dans toute sa fugacité. Les photographies ici présentées “sans lieu, ni date” témoignent d’instants privilégiés qu’une famille, sans doute Rennaise, a choisi de fixer au cours des années mille neuf cent vingts. Elles nous parviennent maintenant sous la forme de ces bulletins qui sont des invitations aux témoignages.



19 - 20 septembre 2009
Le Bon Accueil, Rennes

Découvrir les bulletins du BIP édités à cette occasion : http://bip.agence.free.fr/bulletins/
Plus d'informations : http://bon-accueil.org/

02/06/2009

De la télévision mécanique aux écrans plats, de la trame et du trait en vidéo



Dans le cadre de la journée d'étude :
L’actualité de la peintureEn partenariat avec le
Festival Periscopage
Organisée par Philippe Marcelé

Université Rennes 2
2 juin 2009.

10h45-11h30
De la télévision mécanique aux écrans plats, de la trame et du trait en vidéo.
De l’archaïque télévision mécanique, équipée de son disque de Nipkow ou de sa roue à miroirs de Weiller, jusqu’aux actuels écrans LCD ou plasma, les évolutions des images électroniques, qui ont accompagnées le siècle dernier, nous invitent aux complexes et intrigantes perceptions des agitations scintillantes. Si les particularités de la trame et du balayage font obstacle à l’émergence d’un véritable art du trait en vidéo (encore que ce postulat si souvent répandu serait à discuter, notamment au regard du récent essor de l’image vectorielle) elles n’ont pas empêché l’apparition d’une variété d’images qui s’imposent comme les standards de la visualisation actuelle. C’est dans les spécificités de ces évolutions, sans cesse plus rapides, que nous tenterons de discerner ce qui fait clivage ou continuité entre les pratiques picturales et les modalités des multiples images électroniques.

22/05/2009

Du hasard comme provocation à la provocation comme source de hasard.

communication dans le cadre de la journée d'étude :
Compréhension, Incompréhension : du malentendu à la provocation
Université Rennes 2 - 22 mai 2009


Du hasard comme provocation à la provocation comme source de hasard (hasard et provocation dans les avant-gardes cinématographiques du XXe siècle),

« La chose me paraissait possible je promis de faire quelque chose pour le lendemain. » 
(Man Ray, Autoportrait) 


Cette intervention s’ouvre en prenant comme événement fondateur la soirée Dada du Coeur à barbe, organisée le 6 juillet 1923 par Tristan Tzara au théâtre Michel à Paris, et plus particulièrement le film Retour à la raison réalisé dans l’urgence par Man Ray, expressément pour être présenté lors de cette manifestation. Ce film et plus largement cette soirée mouvementée, apothéose et fin de partie du mouvement Dada, nous fournissent un précédent annonciateur d’une série de gestes singuliers, à la fois provocateurs et emprunts d’un usage du hasard, dont la vigueur et la liberté ponctuent le cinéma des avant-gardes. De Dada aux actionnistes Viennois en passant par certains essais cinématographiques surréalistes ou lettristes, sans oublier les Fluxfilms ou les environnements mixmedia Wharoliens, l’avant-garde tire de l’usage des techniques de l’image en mouvement une matière propre à renouveler les structures esthétiques et plastiques. 

Mais au-delà, dans ces événements fondateurs, ce qui se cristallise par le hasard et la provocation, dans une forme de mouvement de diastole et de systole, c’est un renouvellement de l’appréhension technique des supports conduisant à un questionnement, un renouvellement ou encore un bouleversement effectif de notre appréhension des images et de leurs potentielles portées éthiques et politiques.

 
Programme de la journée

- Une « dialectique à l’arrêt » : l’événement artistique comme rupture du continuum historique 9h15 / 12h30

programme
9h15 accueil et café
9h30 présentation de la demi-journée et des intervenants
9h40 Joseph Delaplace (mcF, rennes 2)
"L’oeuvre d’art à l’aune d’une philosophie de l’histoire : quelques enjeux esthétiques"
10h15 Benjamin Renaud (doctorant, université de paris 8)
"Le free jazz : musique « révolutionnaire » ?"
10h50 discussion et pause
11h15 Bruno Elisabeth (mcF, rennes 2)
"Du hasard comme provocation à la provocation comme source de hasard.
(Hasard et provocation dans les avant-gardes cinématographiques du XXe siècle.)"
11h50 Frédéric Cavé (doctorant, rennes 2)
"Mission à Moscou (Michael Curtiz – 1943) : ruptures, continuum et effet de scandale."
12h20 discussion
- Scandales du corps 
13h30 / 16h30

13h30 présentation de la demi-journée et des intervenants
13h40 Sophie Marret (pr littérature anglaise rennes 2)
4.48 Psychose : de la dissolution du corps à l’identification au regard
14h10 Céline Roux (docteur histoire de l'art, rennes 2)
« Lorsque l’improductif a goût de scandale »
14h45 discussion et pause
15h15 Brigitte Joinnault
« Le montage scénique comme moyen poétique pour troubler les consensus idéologiques»
15h45 Béatrice Balcou (doctorante arts plastiques rennes 2)
« Les performances virtuelles - en temps réel »

Le séminaire se déroulera en Amphi Musique, bât. O
Campus Villejean
Université de Rennes 2 Haute Bretagne. 

Comité de pilotage : Christiane Page, Joël Laurent, Pierre Braun, Joseph Delaplace, Antony
Fiant, Christophe Viart / coordination : Leszek Brogowski

27/04/2009

Les soirs d'été - Résidence de création

Dans le cadre de Mythos, 13e festival des arts de la parole



"Pour son nouvel album, "Les soirs d’été" François Audrain a puisé son inspiration dans le vieux cinéma de quartier, la poésie et une certaine nostalgie de son enfance. A l'issue d'une résidence de création d'une semaine à l'Antipode, Rennes-Cleunay c'est par touches ponctuelles, issues de films amateurs, de diapositives anciennes et des réalisations d'une classe de CM2 fruit d'un atelier pédagogique, que ce concert trouve une forme visuelle singulière."



"Tour à tour rêverie cinématographique intimiste ou évocation fugace empreinte d'une douce nostalgie le visuel vient ici se lover au cœur des mots et des mélodies."



Présentation du spectacle :
30 avril 2009, L'Antipode, Rennes-Cleunay.
28 avril 2009, L'Intervalle, Noyal-sur-Vilaine.
1er mai 2009, Le Carnivore-Jardin du Thabor, Rennes.

20/01/2009

Mosaïque : Argentique / numérique

Dans le cadre des
Écrans Variables
Mosaïque : Argentique / Numérique Programmation proposée par Bruno ELISABETH (enseignant dépt. d'arts plastiques)


Ce programme tisse un réseau de connexions transversales et de passerelles entre pratiques, supports et technologies issues d'une période historique charnière. Réalisées principalement au cours des années 1960 et 1970 ces œuvres exploratoires, hautement graphiques, tout en portant un regard attentif à la structure même de l'image, articulent le basculement du cinématographique argentique vers l'électronique de la vidéo analogique pour esquisser ensuite l'apparition des technologies numériques.


Au programme de cette séance :

- Norman McLaren / Mosaïque / 1965 / coul / 05 mn 29s.

- Jordan BELSON / Allures / 1961 / coul / 7 mn.

- John WHITNEY / Catalog / 1961/ coul / 7 mn.

- John WHITNEY / Arabesque
/ 1975 / 16 mm / coul / 8 min.

- John WHITNEY / Experiments in motion graphics / 1967 / coul / 13 mn.

- Peter KUBELKA / Arnulf Rainer / 1958-60 / NB / 6 mn 30 s.

- Steina & Woody VASULKA / Soundsize / 1974 / coul / 4 min 40 s.

- Larry CUBA / Calculated Movements / 1985 / NB / 6 min.

- Norman Mc LAREN / Synchromie / 1971 / coul / 7 min 26 s.

Programmation réalisée en partenariat avec : l'association Clair obscur
Merci à Christophe VIART et Mathieu PITKEVICHT.